Подробнее о Пушкине


 Материал из Википедии

 Материал из Яндекс-словарей


du tombeau du scheikh Adi,
restaurateur de leur secte. Ce tombeau se  trouve  dans  la  juridiction  du
prince d'Amadia. Le chef de cette tribu doit toujours etre  pris  parmi  les
descendants du scheikh Y ezid: ils  est  confirme  dans  sa  place,  sur  la
demande des Y ezidis, et moyennant un present de quelques  bourses,  par  le
prince d'Amadia. Le respect, que ces  sectaires  portent  au  chef  de  leur
religion, est si grand, qu'ils s'estiment tres  heureux  quand  ils  peuvent
obtenir une de ses vieilles chemises,  pour  leur  servir  de  linceul:  ils
croient que cela leur assure une place plus avantageuse dans l'autre  monde.
Quelques-uns donnent jusqu'a quarante piastres pour une  semblable  relique,
et s'ils ne peuvent l'obtenir toute entiere, ils se  contentent  d'en  avoir
une portion. Quelquefois le scheikh lui-meme envoie une de ses  chemises  en
present. Les Yezidis font passer secretement a ce chef supr eme une  portion
de tous leurs brigandages, pour l'indemniser de d epenses que lui occasionne
l'hospitalite qu'il exerce envers ceux de sa secte.
     Le chef des Yezidis a toujours pres de lui un autre  personnage  qu'ils
appellent kotchek, et sans le conseil duquel il n'entreprend rien.  Celui-ci
est regarde comme l'oracle du chef, parce qu'il a le privilege  de  recevoir
immediatement des r evelations du Diable. Aussi quand un Yezidi h esite s'il
doit entreprendre quelque affaire importante, il va trouver le  kotchek,  et
lui demander un avis, qu'il n'obtient point n eanmoins  sans  qu'il  lui  en
coûte quelque argent.  Avant  de  satisfaire  a  la  consultation,  le
kotchek, pour donner plus de poids a sa reponse, s'etend tout  de  son  long
par terre, et se couvrant il dort, ou fait semblant de dormir, apres quoi il
dit qu'il lui a ete revele pendant son  sommeil  telle  ou  telle  decision:
quelquefois il prend un delai  de  deux  ou  trois  nuits,  pour  donner  sa
reponse. L'exemple suivant fera voir, combien est grande  la  confiance  que
l'on a en ses revelations. Jusqu'a il y a environ quarante ans,  les  femmes
des Yezidis portaient comme les femmes Arabes, afin d'epargner le savon, des
chemises bleue, teintes avec l'indigo. Un matin, lorsque l'on s'y  attendait
le moins le kotchek alla trouver le chef de la secte,  et  lui  declara  que
pendant la nuit precedente il lui avait ete rev ele, que le bleu  etait  une
couleur de mauvais augure et qui deplaisait au Diable. Il  n'en  fallut  pas
d'avantage pour que l'on envoyat sur le champ a toutes les  tribus  par  des
expres, l'ordre de proscrire la couleur bleue, de se d efaire de  touts  les
vetements qui etaient de cette couleur, et d'y substituer des habits blancs.
Cet ordre fut ex ecute avec une telle exactitude, que si  aujourd'hui  un  Y
ezidi se trouvant loge chez un Turc ou chez un Chr etien, on lui donnait une
couverture de lit bleue, il dormirait plutot avec ses seuls  vetements,  que
de faire usage de cette couverture, fut ce  meme  dans  la  saison  la  plus
froide.
     Il est defendu aux Yezidis d'ajuster leurs moustaches avec des ciseaux,
ils doivent les laisser croitre naturellement: aussi y en a-t-il  parmi  eux
dont on apercoit a peine la bouche.
     Cette secte a aussi ses satrapes, qui sont connus du côt e d'Alep
sous le nom de fakiran, et que le vulgaire appelle karabasche, parce  qu'ils
portent sur la tete un bonnet noir avec des  bandelettes  de  meme  couleur.
Leur manteau ou aba, est pareillement noir, mais  leurs  habits  de  dessous
sont blancs. Ces gens-la sont en tres petit nombre;  partout  où  ils
vont, on leur baise les mains, et on  les  recoit  comme  des  ministres  de
benediction, et des presages de bonne fortune. Quand on les  appelle  aupres
d'un malade, ils lui imposent les mains sur le cou et  sur  les  epaules  et
sont bien recompens es de leurs peines. S'ils sont mandes pour assurer a  un
mort le bonheur dans l'autre  monde  avant  de  vetir  le  cadavre,  ils  le
dressent sur ses pieds, et lui touchent leg erement le cou et  les  epaules;
ensuite ils le frappent de la paume de la main droite, lui adressant en meme
temps ces mots en langue kourde, ara behescht, c'est-a-dire vas en  paradis.
Ils sont cherement payes pour cette cer emonie, et ne  se  contentent  point
d'une modique retribution.
     Les Yezidis croient que les ames des morts vont dans un lieu de  repos,
o elles jouissent d'un degre de felicite plus ou moins grand, en  proportion
de leurs m erites; et qu'elles apparaissent quelquefois  en  songe  a  leurs
parents et a leurs amis, pour leur donner  avis  de  ce  qu'elles  desirent.
Cette croyance leur est commune avec les Turcs.  Ils  sont  persuades  aussi
qu'au jour du jugement universel, ils s'introduiront dans  le  paradis,  les
armes a la main.
     Les  Yezidis  sont  partages  en   plusieurs   peuplades   ou   tribus,
independantes les unes des  autres.  Le  chef  supreme  de  leur  secte  n'a
d'autorite, pour le temporel, que sur la  seule  tribu:  neanmoins,  lorsque
plusieurs tribus sont en diff erent les unes avec les autres, il est de  son
devoir d'employer sa mediation pour les concilier, et il est  rare  que  les
efforts qu'il fait pour cela ne soient pas couronnes d'un heureux  succ  es.
Quelques-unes  de  leurs  tribus  demeurent  dans  les  domaines  du  prince
Gioulemerk, d'autres dans le territoire du prince de Gezir eh; il y en a qui
font leur residence dans les  montagnes  d  ependantes  du  gouvernement  de
Diarbekir, d'autres sont dans le ressort du prince d'Amadia.  Du  nombre  de
ces dernieres est la plus noble de toutes les tribus, qui est connue sous le
nom de scheikhan, et dont le scheikh,  qu'ils  appellent  mir,  c'est-a-dire
prince est le chef supreme de la religion,  et  le  gardien  du  tombeau  du
scheikh Adi. Les chefs des villages occupes par cette tribu descendent  tous
d'une meme famille, et pourraient se disputer la  primatie,  s'il  survenait
entre eux quelque division. Cependant entre toutes leurs peuplades, la  plus
puissante et la plus redoutable est celle qui habite la montagne de Singiar,
entre Moussol et le fleuve Khabour, et qui est divisee entre deux  scheikhs,
dont l'un commande a la partie du Levant, et  autre  a  celle  du  Midi.  La
montagne du Singiar fertile en diverses sortes de  fruits,  est  d'un  acces
tres difficile, et la peuplade qui l'occupe met sur pied plus de  six  mille
fusiliers, sans compter la cavalerie arm ee de lances. Il ne se passe  guere
d'annee, que quelque grosse caravane ne soit depouillee par cette tribu. Les
Yezidis de cette montagne ont soutenu plusieurs guerres contre les pachas de
Moussol et de Bagdad; dans ces occasions, apres qu'il y  a  eu  beaucoup  de
sang repandu de part et d'autre, le tout finit par s'arranger  moyennant  de
l'argent. Ces Y ezidis sont redoutes en tout lieu, a cause de leur  cruaute:
lorsqu'ils exercent leurs  brigandages  armes,  ils  ne  se  bornent  pas  a
depouiller les personnes qui tombent entre leurs mains, ils les tuent toutes
sans exception; si dans le nombre il se trouve de scherifs,  descendants  de
Mahomet, ou des docteurs musulmans, ils les font perir  d'une  maniere  plus
barbare, et avec plus de plaisir, croyant  acquerir  par-la  un  plus  grand
merite.
     Le Grand-Seigneur tolere les Yezidis dans ses etats, parce que, suivant
l'opinion des docteurs mahom etans, l'on doit  considerer  comme  fidele  et
vrai croyant, tout homme qui fait profession des dogmes fondamentaux il  n'y
a point d'autre Dieu que Dieu, et Mahomet  est  l'apotre  de  Dieu,  quoique
d'ailleurs il manque a tous les autres preceptes de la loi musulmane.
     D'un autre côte les princes kurdes souffrent les  Y  ezidis  pour
leur interet particulier ils tachent meme d'attirer un plus grand nombre  de
tribus de


1 |  2 |  3 |  4 |  5 |  6 |  7 |  8 |  9 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |  16 |  17 |  18 |  19 |  20 |  21 |  22 |  23 |  24 |  25 |  26 |  27 |  28 |  29 |  30 |  31 |  32 |  33 |  34 |  35 |  36 |  37 |  38 |  39 |  40 |  41 |  42 |  43 |  44 |  45 |  46 |  47 |  48 |  49 |  50 |  51 |  52 |  53 |  54 |  55 |  56 |  57 |  58 |  59 |  60 |  61 |  62 |  63 |  64 |  65 |  66 |  67 |  68 |  69 |  70 |  71 |  72 |  73 |  74 |  75 |  76 |  77 |  78 |  79 |  80 |  81 |  82 |  83 |  84 |  85 |  86 |  87 |  88 |  89 |  90 |  91 |  92 |  93 |  94 |  95 |  96 |  97 |  98 |  99 |  100 |  101 |  102 |  103 |  104 |  105 |  106 |  107 |  108 |  109 |  110 |  111 |  112 |  113 |  114 |  115 |  116 |  117 |  118 |  119 |  120 |  121 |  122 |  123 |  124 |  125 |  126 |  127 |  128 |  129 |  130 |  131 |  132 |  133 |  134 |  135 |  136 |  137 |  138 |  139 |